Les attentes

Je suis différents élèves à travers tous l’Ouest de la France. J’ai des élèves qui progressent très vite et d’autres moins vite. Au départ je ne comprenais pas ce qui pouvait faire cette différence. J’ai alors étudié les différents types de pédagogie qui existaient. Ma philosophie étant « ce n’est jamais la faute du cheval » dans la relation humain/cheval, elle en est de même dans la relation élève/coach, « Ce n’est jamais la faute de l’élève ». J’ai par conséquent étudié les différentes pédagogies qui existent: des plus traditionnelles aux plus innovantes: dont la pédagogie renversée notamment. Ca m’a ouvert l’esprit. Je me suis posée des questions du genre: Comment parler différemment à mes élèves? Quelle place prendre vis à vis d’eux? Comment amener à les faire intégrer différemment des points importants? Comment les amener à les faire réfléchir par eux-même? Grâce à ça j’ai réussi à augmenter le taux de réussite de mes élèves dans leur relation homme/cheval de manière significative.

Il me restait néanmoins quelques élèves que je n’arrivais pas à coacher. Je passais donc mon temps entre les stages à réfléchir comment les aider. Je me disais: « Il y a forcément quelque chose que je ne vois pas, que je ne cerne pas. » Et il y a peu j’ai découvert quelque chose de très important…

J’avais beau amener mes élèves à se décontracter, à se recentrer, à comprendre, à pratiquer, à réfléchir, etc… Il manquait quelque chose. C’est alors que j’ai découvert que certain de mes élèves avaient des attentes qui les empêchaient d’avancer malgré tous les outils dont ils disposaient.

Qu’est-ce qu’une attente? Comment peut-elle autant empêcher un couple d’avancer? Je vous partage cela car peut être vous reconnaitriez-vous dans cette description, et j’espère que ce texte pourra vous aider à avancer par la suite.

Imaginez la situation suivante: je suis amie avec Elaine. J’aime beaucoup taguer Elaine sur des photos ou des textes rigolos, j’aime bien aussi la taguer dès que je vois une vidéo inspirante ou émouvante. Je le fais pour moi. Je partage avec elle ce qui me touche. Je me dis que peut être quelques trucs qui m’intéresse pourrait peut être lui plaire. Je n’ai pas d’attente vis à vis d’elle. Je la tague et elle fait ce qu’elle veut avec. Qu’elle me réponde ou non ce n’est pas important. Bien sûr que j’adore quand elle me répond une petite blague en retour à la mienne, mais si elle ne le fait pas ça ne me fera rien car elle est libre de faire ce qu’elle veut.
Imaginons maintenant que j’écris un commentaire à quelqu’un sur FB et que j’ai comme attente que la personne me réponde ou me remercie par exemple, malheureusement cette personne ne me répond pas. Je suis contrariée et même fâchée contre cette personne. Cette attente créé en moi soit la colère envers l’autre « il est vraiment con ce mec il pourrait au moins me répondre », ou envers moi même « de toute façon je ne mérite même pas qu’il me réponde, je suis tellement nulle ».

J’ai pris l’exemple de commentaires sur FB car ça m’est arrivé très récemment, mais c’est valable pour toutes les attentes. Dès qu’on s’attend à quelque chose de précis on peut être déçu. La colère apparait lorsque nous avons des attentes qui ne se réalisent pas: « Je me mets en colère car ça ne se passe pas comme je voudrais que ça se passe. »

Quel lien avec mes élèves et leur chevaux?
Ceux qui réussissent le plus sont ceux qui n’ont pas d’attente sur leur chevaux. Quand le cheval donne, ils sont les plus heureux du monde et ont des étoiles plein les yeux. Même si le cheval donne peu ils sont des propriétaires comblés. Le cheval le ressent et les progrès arrivent très vite. Par contre certaines personnes font reposer toutes leurs attentes sur le cheval, qui subit alors beaucoup de pression et qui perd donc le gout au travail. Des exemples d’attentes peuvent être: j’attend de mon cheval qu’il soit un grand cheval de dressage, j’attend de mon cheval qu’il saute au moins 1m30, j’attend de mon cheval qu’il fasse au moins 3 cercles en liberté, j’attend de mon cheval qu’il fasse toutes les figures de spectacle en moins d’un an, etc… Ce sont des attentes car elles cachent en général un mal-être chez la personne qui cherchent à combler des besoins, tels que le besoin de réussite à travers leur cheval (car elles n’ont pas réussi dans un autre domaine avant par exemple, et elles se servent alors de leur cheval pour combler ce besoin).

Ces attentes peuvent aussi être là pour combler la confiance en soi ou parce que la personne veut être aimée par ses amis ou ses connaissances dans le milieu du cheval. « Je me sers de mon cheval pour être aimé, pour être admiré, etc… » D’autres personnes cherchent désespérément à augmenter leur estime d’elles-mêmes grâce à leur cheval, elles se servent alors aussi de ce qu’elles font avec leur cheval pour palier à ce manque d’estime. (N’oubliez pas que ceux qui se la pètent ont en général un manque d’estime contrairement à ce qu’ils font croire).

Tant que le cheval répond favorablement à son propriétaire et que tous les besoins de la personne sont comblés, tout semble bien aller dans le couple; par contre dès que le cheval ne fait plus ce que la personne veut, et ne comble alors plus les besoins de réussite, de confiance, et les autres besoins cités plus haut, la personne se met alors en colère (envers elle ou le cheval) et le lien se brise. La plupart du temps quand nous nous mettons en colère contre le cheval ou contre nous-même nous n’en avons même pas conscience, ce qui ne rend pas la tâche facile car nous sommes parfois dans le déni. Par contre au niveau de la relation ça se voit, il n’y a plus de lien, plus de connexion, et tout le travail s’évanoui. La personne se remet donc en question, mais malheureusement si elle repose des attentes sur son cheval, elle ne fait que faire des hauts et des bas au niveau de la progression, et fini par se dire qu’elle va peut être arrêter d’embêter son cheval. Les mots « embêter » ou « blaser » montrent que ces personnes ont quelques part conscience qu’elles embêtent leur cheval, mais elles ne savent pas pourquoi. Ce ne sont pas les exercices qui embêtent les chevaux, bien au contraire, ils adorent ça, ce sont les attentes et la pression mise sur leur dos.

N’oublions pas que ça peut être positif de savoir ce qu’on veut, ça permet de visualiser et d’être motivé. Ca permet d’être au clair sur ses objectifs. Il y a une différence entre une attente et un objectif.

Lorsque nous avons une attente, nous avons une attente SUR l’autre, c’est à dire que l’on peut tenir responsable l’autre si nous n’y arrivons pas. Par contre lorsque nous nous fixons des objectifs, le pouvoir est SUR nous et nous prenons l’entière responsabilité d’y arriver. Un objectif est toujours formulé de manière positive et n’implique jamais l’autre.

Il est donc difficile de voir la différence au niveau de l’écriture entre un objectif et une attente car c’est dans la prise de notre responsabilité que l’ont voit si on est dans l’attente ou dans l’objectif.

Prenons par exemple: « j’attend de mon cheval qu’il fasse le cercle en liberté ». C’est une attente car dans ma tête si le cheval ne le fait pas ça va me coûter, et je vais me mettre en colère contre lui ou contre moi même. Je vais penser que c’est la faute de mon cheval ou de moi-même.

Alors que par exemple comme objectif « mon objectif est d’acquérir les compétences nécessaires afin de faire réaliser un cercle en liberté à mon cheval cette année », amène une prise de responsabilité qui fait que si nous n’y arrivons pas, nous chercherons soit à diminuer la difficulté de l’objectif sur un temps et nous chercherons comment atteindre ensemble cet exercice sans que ça ne coute ni à l’un ni à l’autre. Le cheval n’est jamais mis en cause. Nous sommes responsable de la non réalisation de l’exercice et nous ne sommes pas en colère ni contre nous-même ni contre le cheval. Si je n’y arrive pas c’est tout simplement qu’il me manque des infos ou de la pratique. Pour ça je vais travailler plus souvent par exemple, ou faire un stage sur le thème sur lequel j’ai des difficultés. Dans le milieu du cheval il existe des centaines de coach ou professionnels qui enseignent des choses différentes. Vous trouverez bien la personne qui vous correspond et qui correspond à ce que vous recherchez au moment où vous n’arrivez pas seul à accéder à vos objectifs. Vous voulez apprendre à faire du CSO vous prenez un coach de CSO, vous voulez faire du dressage vous prenez un spécialiste en dressage, vous voulez apprendre à créer un lien en liberté, vous prenez un spécialiste de la création du lien…

Et vous? Avez-vous des attentes SUR votre cheval? Avez-vous des attentes SUR vous? Si oui, pensez-vous qu’elles puissent être un frein à la bonne relation avec votre cheval?